MERCI DE NOUS AVOIR REJOINT

Votre code de réduction de 10% vous sera envoyé par e-mail.

Le gagnant de la carte cadeau d’une valeur de 500 € est désigné tous les mois et notifié par e-mail.


Recevez également 10 points par euro d’achat lorsque vous vous inscrivez au Programme Nature.Rewards.

Nous avons juste besoin de quelques informations supplémentaires et vous serez fin prêt.


S’inscrire maintenant

Profitez de 10 % de réduction sur votre prochaine commande*

Bénéficiez également d’avantages exclusifs et participez à un tirage au sort pour gagner une carte cadeau d’une valeur de 500 €

*Des Conditions d'utilisation s'appliquent.

POSEZ-NOUS TOUTES VOS QUESTIONS

NOUS ALLONS VOUS RÉVÉLER UN SECRET...
IL N’Y EN A PAS.
FILTREZ LES QUESTIONS POUR TROUVER VOTRE RÉPONSE.

THÈMES

Question de la communauté

 Quelles sont les principales valeurs de votre entreprise ? »

LIRE LA RÉPONSE

Question de la communauté

 Comment peut-on être sûr que la laine provient d’animaux traités avec respect ? »

LIRE LA RÉPONSE

Question de la communauté

 Que faites-vous concrètement pour assurer l’équilibre entre le pâturage des moutons et la protection de l’écosystème de chaque région ? »

LIRE LA RÉPONSE

Question de la communauté

 Quelle race de chiens de berger utilisez-vous dans vos élevages ? »

LIRE LA RÉPONSE

Question de la communauté

 Avez-vous mis en place un programme de recyclage pour les vêtements icebreaker abîmés ou usés ? »

LIRE LA RÉPONSE

Question de la communauté

 J’aimerais beaucoup savoir qui fabrique mes vêtements icebreaker. Dans quelles conditions travaillent les employés ? Est-ce qu’ils reçoivent un salaire décent ? Est-ce que le travail des enfants est proscrit ? Est-ce que des garde-fous ont été mis en place par icebreaker ? »

LIRE LA RÉPONSE

Question de la communauté

 Pensez-vous que nous pourrons un jour suivre les vêtements depuis l’élevage jusqu’à l’étagère ? Ce serait super de savoir d’où vient la laine du vêtement que nous achetons, et quelles usines ont participé à sa fabrication. »

LIRE LA RÉPONSE

Question de la communauté

 Comment vous assurez-vous que les processus de teinture respectent l’environnement et que les teintures sont sûres pour les consommateurs ? »

LIRE LA RÉPONSE

Question de la communauté

 Qu’est-ce qui va changer dans votre culture d’entreprise, à présent que les propriétaires d’icebreaker ne sont plus néo-zélandais ? »

LIRE LA RÉPONSE

Sarah,
Auckland

 J’AIME BEAUCOUP VOTRE RAPPORT. MAIS POURQUOI PRODUISEZ-VOUS VOS VÊTEMENTS EN CHINE ET PAS EN NOUVELLE-ZÉLANDE ? »

LIRE LA RÉPONSE

Erin,
Christchurch

 POURQUOI EST-CE QU’ICEBREAKER UTILISE DES MATIÈRES SYNTHÉTIQUES ? »

LIRE LA RÉPONSE

Bianca,
Sydney

 J’AI VU QU’ICEBREAKER AVAIT DES EMPLOYÉS AU BANGLADESH. CE PAYS N’A PAS UNE TRÈS BONNE RÉPUTATION EN MATIÈRE DE DROITS DE L’HOMME. POURQUOI Y TRAVAILLEZ-VOUS ? »

LIRE LA RÉPONSE

Joost,
Amsterdam

 J’ADORE ICEBREAKER ET JE SAIS QUE VOUS AIMEZ LA NATURE, MAIS QUE FAITES-VOUS CONCRÈTEMENT POUR PROTÉGER L’ENVIRONNEMENT ? »

LIRE LA RÉPONSE

Dominic,
RAS de Hong Kong

 QUE FAITES-VOUS POUR PROTÉGER LES DROITS DES SALARIÉS ? »

LIRE LA RÉPONSE

Joe,
Royaume-Uni

 EN QUOI ÊTES-VOUS DIFFÉRENTS DE VOS CONCURRENTS ? »

LIRE LA RÉPONSE

Matt,
Londres

 AVEZ-VOUS UN MOUTON PRÉFÉRÉ ? »

LIRE LA RÉPONSE

Tom,
Los Angeles

 QU’EST-CE QUE ÇA VEUT DIRE, POUR VOUS, L’ENTREPREUNARIAT ? »

LIRE LA RÉPONSE

Question de la communauté

 Quelles sont les principales valeurs de votre entreprise ? »

Chez icebreaker, nous explorons la relation entre les gens et la nature. La nature est notre modèle. Nous voulons offrir à nos clients une alternative naturelle aux synthétiques et orienter le secteur des vêtements d’extérieur vers des solutions durables. Nos trois principes fondamentaux sont l’adaptation (la capacité à nous adapter à un environnement en changement constant), la symbiose (des organismes vivants coopérant pour leur bien-être mutuel) et la durabilité. Vous pouvez découvrir davantage d’informations sur nos valeurs et nos principes ici.

Question de la communauté

 Comment peut-on être sûr que la laine provient d’animaux traités avec respect ? »

Nous nous engageons à travailler étroitement avec nos éleveurs de laine mérinos. Dans certains cas, notre relation dure depuis 20 ans. Cela nous permet de nous assurer une collaboration avec certains des meilleurs éleveurs de mérinos du monde. Ces éleveurs partagent notre volonté de produire des fibres mérinos obtenues de manière éthique. Les éleveurs sélectionnés par icebreaker sont affiliés au programme d’accréditation ZQ. Il a été conçu pour apporter aux clients la certitude que la qualité du produit, les valeurs environnementales, économiques et sociales, ainsi que le bien-être et la santé des animaux sont abordés de manière positive, et il fournit des garanties supplémentaires grâce à un processus d’audit par des tiers, sur les sites de production. Les éleveurs icebreaker s’engagent à respecter un code très strict pour le bien-être animal ; il s’applique également aux chiens de berger présents dans les fermes.

Question de la communauté

 Que faites-vous concrètement pour assurer l’équilibre entre le pâturage des moutons et la protection de l’écosystème de chaque région ? »

Nous nous approvisionnons en laine éthique grâce au programme d’accréditation ZQ, qui réalise des audits indépendants et impose le respect des meilleures pratiques en matière de protection de l’environnement. Les moutons pâturent dans certains des alpages les plus beaux et les plus reculés du monde, et ils évoluent en liberté toute l’année. Chaque élevage est géographiquement divers et s’intègre dans un écosystème régional plus large. Nous avons donc une approche individualisée de la gestion environnementale. Chacun de nos éleveurs doit réaliser et actualiser un plan environnemental de terrain, centré sur la protection des paysages. Nombre d’entre eux gèrent les écosystèmes sur leur propriété depuis plusieurs générations ; ils en ont une connaissance intime. Leurs terres sont également protégées par les réglementations locales sur la gestion des ressources naturelles des sols, de l’air et de l’eau.

Question de la communauté

 Quelle race de chiens de berger utilisez-vous dans vos élevages ? »

En Nouvelle-Zélande, on trouve deux grandes races de chiens dans les élevages : les Huntaway et les Heading. Les Huntaway sont une race néo-zélandaise, adaptée aux principales tâches de l’élevage de moutons, notamment pour faciliter l’entrée et la sortie des enclos, lors de la tonte. Quant au Heading, c’est un croisement de Border Collie ; ces chiens se positionnent autour du troupeau pour le faire avancer dans la direction voulue. Les renards ou les loups sont inconnus en Nouvelle-Zélande. Nous n’utilisons donc pas de chiens pour protéger les moutons, seulement pour les rassembler et les déplacer.

Question de la communauté

 Avez-vous mis en place un programme de recyclage pour les vêtements icebreaker abîmés ou usés ? »

Nous n’avons pas encore mis en œuvre de programme pour recycler nos vêtements, mais c’est l’un des principaux points de notre feuille de route, et nous avons pour objectif de le lancer d’ici 2022. Avant de lancer ce programme, nous devons travailler sur plusieurs répercussions, notamment pour nous assurer que les méthodes et les processus de collecte, de transport, de traitement ou de recyclage des vêtements sont durables.

Question de la communauté

 J’aimerais beaucoup savoir qui fabrique mes vêtements icebreaker. Dans quelles conditions travaillent les employés ? Est-ce qu’ils reçoivent un salaire décent ? Est-ce que le travail des enfants est proscrit ? Est-ce que des garde-fous ont été mis en place par icebreaker ? »

Ce sont d’excellentes questions, et tous ces sujets nous tiennent vraiment à cœur. Nous avons une approche très méticuleuse de la gestion de notre chaîne d’approvisionnement. Nous avons mis en place un processus de recrutement de nos sous-traitants extrêmement strict, et nous organisons des audits indépendants avant de commencer à travailler avec un nouveau fournisseur. Tous nos fournisseurs doivent accepter notre Code de conduite pour la chaîne d’approvisionnement, qui détaille notre politique en matière de droits de l’homme et qui s’inspire de la Déclaration de l’OIT (Organisation internationale du travail) relative aux principes et droits fondamentaux du travail. Si vous souhaitez en savoir plus, nous avons déjà révélé les détails de cette approche dans notre premier Rapport sur la Transparence en 2017 ; il est téléchargeable sur notre site internet.

Question de la communauté

 Pensez-vous que nous pourrons un jour suivre les vêtements depuis l’élevage jusqu’à l’étagère ? Ce serait super de savoir d’où vient la laine du vêtement que nous achetons, et quelles usines ont participé à sa fabrication. »

Nous sommes déjà capables de remonter à la source de chaque élément de nos vêtements, depuis la fibre jusqu’aux fournitures, à chaque étape de notre chaîne d’approvisionnement. Chaque stade de la production est soumis à un ensemble spécifique de normes et de vérifications qualité. C’est un véritable défi d’associer un vêtement précis à un élevage donné, car, lors du traitement des rubans de cardes, la laine de plusieurs élevages est mélangée à de nombreuses reprises pendant le nettoyage, le cardage et le peignage, afin d’obtenir un niveau de qualité, une apparence et une performance homogènes et cohérents.

Question de la communauté

 Comment vous assurez-vous que les processus de teinture respectent l’environnement et que les teintures sont sûres pour les consommateurs ? »

Nous travaillons avec des fournisseurs possédant des unités de traitement des eaux usées sur leur site de production. Cela permet de s’assurer que l’eau utilisée pour la teinture est complètement nettoyée avant d’être déversée dans les cours d’eau. Nos audits comprennent une section sur la gestion de l’eau, afin de vérifier que les systèmes de gestion des eaux usées des usines respectent nos normes très strictes. Depuis 2006, nous évaluons chaque année nos produits avec la certification STANDARD 100 d’OEKO-TEX®. 92 % des tissus de notre gamme FW17 ont été certifiés, les 8 % restants correspondant à de petites quantités de tissus saisonniers. Ce système de certification et de test indépendant reconnu au niveau mondial est utilisé pour confirmer l’absence de substances dangereuses dans un tissu ou une matière première.

Question de la communauté

 Qu’est-ce qui va changer dans votre culture d’entreprise, à présent que les propriétaires d’icebreaker ne sont plus néo-zélandais ? »

En avril 2018, icebreaker a été rachetée par VF Corporation, car le groupe a remarqué le potentiel de nos produits et de notre approche. Notre partenariat avec VF nous donne accès à la plus grande plateforme du monde pour raconter notre histoire, accéder à de nouveaux marchés et atteindre de nouveaux clients à un rythme plus soutenu. C’est une occasion unique pour notre marque au niveau mondial, ainsi que pour nos fournisseurs de laine : nous pouvons faire découvrir à de nouveaux clients les bienfaits d’une laine mérinos obtenue de manière durable et éthique. Les fondements d’icebreaker sont la durabilité et l’adaptation. Nous voulons devenir des leaders mondiaux en matière de transparence et inciter d’autres entreprises à nous emboîter le pas. Nous continuerons à chercher des possibilités de coopération avec VF Corporation et, de manière plus générale, dans notre secteur.

Sarah, Auckland

 J’AIME BEAUCOUP VOTRE RAPPORT. MAIS POURQUOI PRODUISEZ-VOUS VOS VÊTEMENTS EN CHINE ET PAS EN NOUVELLE-ZÉLANDE ? »

Jeremy Moon, fondateur

 J’aime beaucoup votre rapport. Mais pourquoi produisez-vous vos vêtements en Chine et pas en Nouvelle-Zélande ? » Au départ, nous produisions en Nouvelle-Zélande, mais nous sommes une marque mondiale et les capacités de production néo-zélandaises sont très limitées. La fabrication de vêtements, ça n’est pas notre spécialité, mais nous excellons dans la production de la fibre. En 2002, je suis parti en quête du meilleur site de fabrication. Nous cherchions la technologie la plus propre et les partenaires les plus innovants. J’ai parcouru la planète. Je suis allé en Amérique du Nord, dans différents pays d’Europe et d’Asie. Les meilleures technologies étaient toutes en Chine. Le cœur de notre chaîne d’approvisionnement, c’est une société française, une société allemande et une joint-venture sino-japonaise, toutes basées en Chine. C’est un peu les Nations-Unies. J’ai compris que ce qui comptait, ce n’était pas le site, mais plutôt le processus de fabrication. Nous travaillons avec des partenaires à long terme. Nos technologies innovantes, les nouvelles utilisations du mérinos, tout découle directement de cette première décision. J’en suis très fier, encore aujourd’hui. C’était difficile.

Erin, Christchurch

 POURQUOI EST-CE QU’ICEBREAKER UTILISE DES MATIÈRES SYNTHÉTIQUES ? »

Jeremy Moon, fondateur

 Pourquoi est-ce qu’icebreaker utilise des matières synthétiques ? » C’est vrai que c’est un compromis. Nous insistons beaucoup sur la performance naturelle, mais certains de nos tissus, par exemple les sous-vêtements, contiennent un peu de lycra. Je considère les synthétiques comme un élément structurel, comme un squelette. Nous ne les utilisons que pour renforcer les performances naturelles de la laine mérinos. Ce t-shirt, par exemple, possède un filament de nylon très fin, autour duquel nous enroulons de la laine mérinos. Ainsi, ma peau profite des bienfaits du mérinos. Si nous utilisons du nylon, c’est parce que cela permet d’obtenir un tissu trois fois plus robuste que la version 100 %mérinos. C’est un compromis, en fait. La laine n’est pas pure, mais le vêtement va durer deux ou trois fois plus longtemps. Quand nous concevons nos vêtements, nous nous demandons si nous pouvons les améliorer en ajoutant un peu de synthétique, ou des tissus résistants aux éléments dans nos compositions plus légères. Si c’est le cas, et si cela permet d’obtenir les meilleurs tissus, cela ne nous pose pas de problème.

Joost, Amsterdam

 J’ADORE ICEBREAKER ET JE SAIS QUE VOUS AIMEZ LA NATURE, MAIS QUE FAITES-VOUS CONCRÈTEMENT POUR PROTÉGER L’ENVIRONNEMENT ? »

Jeremy Moon, fondateur

Nous avons une approche un peu différente du reste du secteur. D’habitude, on fabrique des vêtements à base de synthétiques, on produit un système de couches artificielles, puis on utilise ses bénéfices pour financer des projets environnementaux. Nous raisonnons différemment : comment minimiser l’impact environnemental dès le début ? Le plastique est partout. Des études commencent à expliquer l’impact du lavage des tissus synthétiques, avec toutes les microfibres qui polluent les cours d’eau, puis la faune océanique. Pour réduire son impact environnemental, mieux vaut commencer par réfléchir à la manière de diminuer la part de vêtements synthétiques. Et nous ne parlons pas uniquement des vêtements. Nous pensons que les réponses sont dans la nature, et nous les transformons en solutions naturelles. Il ne s’agit pas que de fabriquer des produits naturels, mais aussi d’agir positivement sur la vie de nos clients, sur l’ensemble du secteur en montrant qu’il existe des solutions naturelles pour réduire notre dépendance à l’industrie pétrochimique. Au final, nous voulons diminuer l’impact des produits pétrochimiques sur notre corps, mais aussi sur les cours d’eau et l’environnement. Cet impact commence seulement à être mesuré. Nous avons une approche englobante. Nous finançons plusieurs programmes, ainsi que de nombreuses personnes, mais nous cherchons plutôt à avoir un impact sur les gens et leur environnement.

Joe, Royaume-Uni

 EN QUOI ÊTES-VOUS DIFFÉRENTS DE VOS CONCURRENTS ? »

Jeremy Moon, fondateur

Excellente question. Réfléchissons au fonctionnement du secteur des vêtements d’extérieur. On achète des tissus synthétiques, on conçoit un système de couches synthétiques, puis les profits permettent de faire des dons aux causes environnementales. Ce fonctionnement perpétue la saturation de la planète en matières plastiques. Nous raisonnons complètement différemment. Pourquoi avons-nous besoin de tout ce plastique ? Parce qu’il n’existe pas assez d’autres options. Nous voulons créer une alternative naturelle aux synthétiques. Nous voulons apprendre de la nature. En partant de la fibre mérinos, nous signons avec nos éleveurs des contrats sur dix ans pour assurer la durabilité environnementale et économique des fermes. Ensuite, à chaque étape de notre chaîne d’approvisionnement, nous cherchons à avoir un impact environnemental clair et très positif. Plus de 85 % des fibres que nous utilisons dans nos vêtements sont composées de laine mérinos pure. Ainsi, nous polluons moins les cours d’eau. Il est prouvé qu’à chaque lavage de vêtements synthétiques, des microfibres se retrouvent dans les cours d’eau et dans les océans, où elles abîment la faune et la flore. Nous pensons que pour avoir un impact environnemental positif, il faut faire progresser les alternatives naturelles aux synthétiques. C’est vrai pour les vêtements, mais aussi pour l’ameublement ou les matériaux du quotidien. Ce qui nous tient à cœur, c’est d’amener les gens à penser et à se comporter différemment, afin que, collectivement, notre influence sur l’environnement soit plus positive.

Matt, Londres

 AVEZ-VOUS UN MOUTON PRÉFÉRÉ ? »

Jeremy Moon, fondateur

Oui, il y a un mouton que j’aime beaucoup, à Mt Nicholas Station. Il s’appelle Bevan et il a 11 ans. Souvent, il court à ma rencontre, et je lui prépare un menu spécial. Il parle six langues. C’est très rare, pour un mouton. D’habitude, ils sont monolingues, ou bilingues à la limite. Quand je parle de ces sujets, je pense toujours à Bevan.

Tom, Los Angeles

 QU’EST-CE QUE ÇA VEUT DIRE, POUR VOUS, L’ENTREPREUNARIAT ? »

Jeremy Moon, fondateur

Avant toute chose, je dois dire qu’il m’a fallu trois ans pour arriver à prononcer ce mot. Je ne l’avais jamais entendu. Quand j’ai lancé icebreaker, j’ai surtout dû apprendre à faire confiance à mon instinct, à mon intuition, à mes rêves. Et aussi à ancrer ma vision de ce qui était réalisable dans une longue quête d’apprentissage. Qui peut m’apprendre des choses ? Je ne viens pas du secteur textile. J’ai un diplôme en anthropologie culturelle. Je travaillais comme chercheur. Mais en trouvant des gens capables de m’aider, j’ai découvert que quand on croyait vraiment en quelque chose, on pouvait tout faire. Et les gens qui sont prêts à nous aider sont tellement nombreux. Si vous avez une idée, notez-la, puis demandez de l’aide. Vous serez vraiment surpris par ce dont vous êtes capable.

Bianca, Sydney

 J’AI VU QU’ICEBREAKER AVAIT DES EMPLOYÉS AU BANGLADESH. CE PAYS N’A PAS UNE TRÈS BONNE RÉPUTATION EN MATIÈRE DE DROITS DE L’HOMME. POURQUOI Y TRAVAILLEZ-VOUS ? »

Greg Smith, PDG

Nous pensons que notre présence au Bangladesh peut amener des changements positifs. En n’excluant pas d’office des pays qui ont fait les gros titres pour des raisons peu honorables et en menant nos propres enquêtes, nous donnons une chance à tous les pays, et en particulier à ceux qui progressent dans le bon sens avec leur industrie, leurs employés et le traitement de leurs ouvriers.

Nous collaborons depuis de nombreuses années avec une entreprise appelée Youngone. Elle possède des usines au Bangladesh. Notre décision d’y faire produire des vêtements a été prise après une visite de notre président, Rob Fyfe, qui voulait être personnellement convaincu que nous devions travailler avec ce site, dans ce pays. Nous avons tous en tête les problèmes qu’a connu le Bangladesh ; certains étaient vraiment déplorables. Notre fonctionnement nous pousse à nous assurer que nous travaillons avec des sociétés répondant à nos exigences, et pas uniquement aux normes d’un pays. Ces exigences, ainsi que ce que Rob a vu sur place, ce sont des soins gratuits, un service d’ambulance aérienne, une crèche gratuite sur site, des repas gratuits, une semaine de travail normalisée d’environ huit heures de travail quotidien. Tous les voyants étaient au vert. Lorsque nous recrutons un fournisseur, un membre de notre équipe de direction a toujours visité au préalable les usines avec lesquelles nous allons travailler.

Dominic, RAS de Hong Kong

 QUE FAITES-VOUS POUR PROTÉGER LES DROITS DES SALARIÉS ? »

Greg Smith, PDG

Pour les droits de l’homme, et plus particulièrement pour le travail avec des usines, nous avons une politique dédiée, intégrée à notre processus de recrutement. Nous approuvons toutes les usines qui nous fournissent à partir de critères fondés sur la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations Unies. Il faut bien comprendre que lorsque nous recrutons un nouveau fournisseur, nous recherchons un partenariat étroit et approfondi, ainsi qu’une relation à long terme. Nous travaillons avec la plupart de nos usines depuis plus de dix ans. Si nous continuons de le faire, c’est parce qu’elles offrent d’excellentes conditions de travail à leurs employés.

Having trouble with this form? Use this link instead.
Remplissez ce formulaire en ligne.

La durabilité n’est pas juste un mot sur nos étiquettes. C’est l’une des valeurs et des caractéristiques de notre entreprise.

LIRE NOTRE RAPPORT SUR LA TRANSPARENCE
(en anglais uniquement)