Lake Heron Station

Anne Todhunter,
Lake Heron STATION

Chez Philip et Anne Todhunter

ÉTABLI

1917

Hectares

48500

Emplacement

43°S/171°E

Mouton Mérinos

11000

Bovins

700

La vie en altitude

Philip: « J’aime particulièrement vivre et travailler dans les montagnes. Quand je rassemble les animaux en montagnes, c’est un privilège. C’est très spécial d’être là. »

Anne: « J’aime l’environnement, le paysage et les montagnes. Je me sens très à l’aise dans ce milieu. Juste être là, c’est exceptionnel. Je ne me sens jamais seule. C’est pratiquement comme un petit village, dans un environnement éloigné. »

Un héritage familial

Philip: « Faire partie d’un héritage familial est aussi un grand privilège. Je suis la quatrième génération à être associée à la propriété. Anne et moi sommes ici depuis 22 ans. Nos enfants sont maintenant partis pour l’école et l’université. S’ils reviennent pour reprendre l’élevage, ce sera leur décision. Mais, ils aiment beaucoup revenir à la maison et faire partie de cet endroit; prendre le temps de travailler avec les animaux. »

Un élevage avec une mission

Philip: « À Lake Heron, notre philosophie consiste à prendre soin de l’environnement, des gens qui travaillent pour nous et de nos animaux pour produire quelque chose d’utile et de naturel, et qui est excellent pour l’environnement. »

Anne: « Nous adorons ce que nous faisons. Une partie de la joie et de la passion découle du fait que nous avons des animaux en santé et que nous produisons une fibre en laquelle nous croyons. Et aussi du fait de savoir qu’on prend également soin de l’environnement et des personnes qui participent à tout le processus. »

« Pour nous, ce sont plus que des cases à cocher. Nous adorons ce que nous faisons. La joie et la passion découlent du fait que nous avons des animaux en santé et que nous produisons une fibre en laquelle nous croyons. »

Le bien-être du troupeau

Philip: « Dans la montagne, c’est très libre et sauvage. En Nouvelle-Zélande, nous n’avons pas de renards ou de prédateurs qui s’attaquent aux moutons. Ils n’ont pratiquement rien d’autre à faire que de s’assurer de manger suffisamment. Lorsque vous voyez les jeunes moutons courir, gambader et sauter, ils sont en forme et libres. Vous savez alors qu’ils sont heureux et en santé. »

Ce qui est bon pour les moutons est bon pour la fibre

Philip: « Nous nous concentrons sur la production d’une laine mérinos exceptionnelle et sur le bien-être de nos moutons. Nous sommes régulièrement contrôlés dans le cadre du programme ZQ merino, qui impose des exigences strictes en matière de soins des animaux. Mieux nous traitons les moutons quand ils sont jeunes, meilleure sera leur production à l’âge adulte. Cela signifie que nous obtenons plus de laine, avec une longueur uniforme, libre de défauts et de bris. »

Anne: « Nous traitons les animaux avec respect. Quand nos employés déplacent les moutons ou les bovins, les animaux ne sont pas stressés. Quand ils sont dans les enclos, nous traitons les animaux de façon à leur causer le moins de stress possible. Et, ils sont bien nourris, ce qui est évidemment essentiel à leur bien-être, et à leur capacité de produire de la jolie laine mérinos. »

Collaborer avec icebreaker

Anne: « Il est important pour nous de produire quelque chose que les clients désirent et apprécient. Notre collaboration avec icebreaker a été une occasion fantastique pour nous d’atteindre cet objectif : aller au-delà de la production d’un produit sans savoir ce qu’il en advient. »

Souci de la terre

Anne: « Nous évoluons dans un environnement particulièrement fragile, ce qui signifie que nous ne pouvons pas surpâturer. » Nous devons faire très attention à conserver une bonne couverture végétale sur le sol afin que la terre ne parte pas au vent ni sous l’effet de la pluie. »

Philip: « La gestion de grandes aires de pâturage est demeurée la même depuis 150 ans. Le climat est très rude. Nous avons des vents très forts. Il est important pour nous de protéger le sol dans les enclos - c’est ce qui permet de faire pousser le fourrage pour les moutons. Il faut faire une rotation saisonnière. Nous éloignons le troupeau à certains moments de l’année. Le bien-être de la terre est donc assuré pour l’avenir. »

Examen de la laine
mérinos à la main. C’est la
véritable usine à fibres
Le rassemblement du soir
par Philip et Blake, le chien
La bergerie de Lake Heron
Philip et Anne Todhunter
avec Blake, le chien

LA DURABILITÉ N’EST PAS SEULEMENT UNE CARACTÉRISTIQUE SUR L’ÉTIQUETTE DE NOS VÊTEMENTS. C’EST UNE DES VALEURS ET DES CARACTÉRISTIQUES DE NOTRE ENTREPRISE.

LIRE NOTRE RAPPORT SUR LA TRANSPARENCE
(en anglais uniquement)